Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mercantour Sauvage

Alpinisme et escalade dans les Alpes du Sud

"Comme au bon vieux temps" Face NE de la pointe de Giegn

2h17, mais franchement pourquoi on s'inflige ça?
Je veux dire, quand tu n'es même pas capable de te faire couler un café sans faire tomber les capsules, pas trouver les tasses, te prendre les pieds dans un truc qui traîne...
Pourtant l'excitation est la, l'excitation de retrouver l'air frais, la montagne, d'aller explorer une face que je ne connais pas...
J'aurais pas vraiment dormi cette nuit la, mais qu'importe, c'est l'heure d'y aller! L'avantage aussi de se lever tôt c'est que les programmes musicaux à la radio sont bien mieux la nuit, et sans pub, et qu'il n'y a personne sur la route !
 
On se rejoint avec Loïc au classique parking de Castagnier et c'est partie pour l'aventure ! Expatrié à Créteil pour son boulot, il a vite appris à serrer les plats de Bleau mais sait-il toujours manier le piolet?
 
Le projet du jour est la face NE de la pointe de Giegn. Une face assez impressionnante qu'on peut admirer depuis Préfouns et qui pourtant semble bien peu parcourue et ignorée par les grimpeurs, à tord !
 
Donc difficile de trouver des photos de la face, même sur Skitour. Le Gass mentionne une voie qui reprend deux couloirs évidents, mais d'autres lignes de goulotte semblent dessinée dans la face. 
 
vers 4h30 nous arrivons au Boréon. Téméraire ou fainéant, je décide d'avancer un peu sur la route vers le parking d'été... Grave erreur, la petite couche de neige qui passe bien au début s'épaissie petit à petit et la 206 fini par s'embourbé... On met 20min à essayer de la dégager de la et faire marche arrière jusqu'au parking d'hiver... Une aventure à la Pierre Lupano (NDLR, Pierre un très bon copain rugbyman qui n'a pas compris que rouler sur la neige c'est pas comme une mêlée, faut pas y aller franco en faisant des burns)
On a bien cru qu'on allait laisser la bagnole dans la neige et attendre la dépanneuse ha ha Finalement pour gagner 500m...
 
L'approche est rapide sur les excellentes traces jusqu'au lac nègre. Les blagues fusent jusqu'au bout " Hé dis donc Gary t'aurais quand même pu monter la bagnole jusqu'au col de Salèze !" et "Hé, tu crois qu'elle passe sur le lac?!" 
Pourtant le rythme est bon, il n'y a pas perdu son cardio le bougre, et à 7h20 on est au pied de la face alors qu'il fait encore nuit !
 
La face se réveil doucement avec les lueurs de l'aurore. Mur des ombres de 400m, vraiment impressionnant, dans un silence absolue. Plusieurs lignes sont bien formées, et celle qui m'intéresse semble particulièrement bien dessinée 
 
Loïc s'équipe, il ne fait pas très froid. "tu crois qu'on aurait pu monter au pied de la face en voiture?" Bon aller ça suffit !
 
Le couloir "classique" est situé plus à gauche. Nous décidons d'attaquer par une goulotte très encaissée et très raide a priori non répertoriée. 
 
Dans le bas, un ressaut de glace vertical court et dans le haut un immense bouchon de neige complètement vertical de 15 à 20m... ça je sentais bien que ça allait être un grand moment.
 
Le ressaut de glace est finalement en neige et glace totalement inconsistance et il faut passer en coincement de cul sur le rocher
 
Finalement ça passe pas si mal ! Je mets une broche à glace dans un granité sans consistance... 
On découvre avec joie que le rocher de la face qui paraissait pourri vu d'en face est finalement un bon granit bien fissuré
 
Dans le haut de la cheminée, le vrai défi commence ! Comme on l'imaginait, le bouchon de neige est sans consistance. beaucoup trop vertical et profond pour le purger, il faut passer sur les côtés. 
Le côté droit semble le moins raide, mais il est très compact et il n'y a qu'une très fine pellicule de glace qui recouvre des plats. 
La seule option est une fissure déversante à gauche du bouchon qui semble bien protégée. Je commence en artif pour être sur de poser des points de protections solides. après 3m, il faut alterner entre pas d'artif et de libre vraiment pas facile. 
Je pensais pouvoir sortir par la gauche dans une goulotte moins raide mais finalement une dalle compact m'interdit le passage...
 
Il va falloir sortir par la droite, c'est la dernière option. En se mettant en écart, on arrive à se rétablir sur la droite. Les points du passage d'artif sont bien solides et autorisent une éventuelle chute. 
7 à 8m de mixte bien raide et très peu protégeable m'attendent pour sortir à droite. Grande concentration, il faut grimper sur des oeufs, les ancrages sont mauvais et les points commencent à être loin...
Finalement, dans un dernier effort, j'arrive à placer un n°0,75 dans la fissure qui fera le relais. Cris de joie. Ouf... on vient de passer un gros point d'interrogation !
(NB : ça nous a rappelé un peu les photos de "Tomahawk et Exocet" en Patagonie pour ceux qui connaissent la référence)
 
Sacré morceau !!! Comptez M6/M6+ en libre ou A1/M5+
 
Loïc dans la longueur, même en second c'est pas facile à libérer
 
Et voila LE pas de la Van Damme cheminée !!!!
 
Du dessous ça donne ça ! on se sent écrasés par le gros bouchon
 
Le bleausard n'a de problèmes pour serrer les plats glissants !!
 
Préfouns en face ! Magnifique
 
Loïc prend la tête dans la sortie de la goulotte. Une pente plus facile, très jolie
 
Et résout rapidement le problème de ce petit ressaut mixte.
 
Puis on vient buter sur un grand bastion. Une goulotte à se droite semble nous inviter à la grimper mais le repérage de la face montre qu'elle se termine par un énorme surplomb rocheux, c'est donc un piège que nous évitons volontiers
 
On traverse alors sur la gauche pour rejoindre une autre goulotte très encaissée elle aussi qui sort directement sur l'arête sommitale par un couloir
 
Le départ est en très bonne condition avec de la bonne neige dure, enfin !
 
Au dessus, la pente déjà raide se redressait encore !
 
Dans ce genre de situations, le choix de l'itinéraire se fait par plusieurs questions. Ou il y a t-il des fissures pour protéger? Ou il y a t'il le plus de glace? Ou est ce le plus esthétique ? 
La réponse s'impose d'elle même en ce magnifique plaquage au centre/gauche 
 
80/85° sur 30/35m, je n'ai qu'un mot : GRANDIOSE !!! Une régalade. Le plaquage bien que fin tient bien. Il faut quand même délicat. Les protections sont assez peu évidentes et parfois pas excellentes, mais le plaisir de grimper permet de savourer le moment
 
Loïc sort de la longueur. Je n'arrive pas faire le relais au dessus de la goulotte et je me décale à droite. 
 
Finalement on grimpe la branche de droite, qui se termine par une petite goulotte encore magnifique et bien raide. C'est une petite erreur d'itinéraire puisqu'on droit retraverser à gauche en haut dans les pentes de neige pour rejoindre la sortie mais c'est plus joli qu'à gauche. 
à gauche c'est bien direct, ça sort directement dans le couloir (ça sera stipulé sur le topo)
 
Un coup de pied fait céder tout le plaquage, ça fera des belles marches pour Loïc. Heureusement, bien ancré dans les mottes, la sortie est sans difficultés
 
Lolo fait la trace jusqu'à la sortie
 
Le plaisir de marcher dans les traces, bien que rapidement bouchées par les spindrifts. On vient de la !
 
Ambiance, 350m plus bas on voit nos traces de ce matin
 
Une apparition?
Je suis Saint Loïc sur l'arête, la neige inconsistante nous fatigue mais c'est pas bien long et pas bien difficile
 
L'Argentera en fond semble plus proche que jamais
 
à 14h20 nous rejoignons le sommet ! La modeste croix. Nous profitons de la vue sublime et soufflons un peu. Ravis d'avoir parcouru une voie si exceptionnelle !!
 
Encore le sommet !
 
La descente s'effectue sans encombre dans les pentes Sud Est , chauffée par le soleil mais la neige tient bien
 
ça glisse aux pays des Merveilles ! Pardon pour le jeu de mots (d'une belle voie classique du Trou du Diable)
 
Et voila on descend tranquillement sous le soleil de l'après midi qu'on retrouve avec tant de joie après l'ombre de la face nord
 
Une voie juste incroyable, dans une ambiance de ouf !!! On propose comme nom pour cette goulotte non répertoriée "Comme au Bon vieux Temps" ED- M6 max/ A1/ 4+ en glace, en souvenir de nos aventures avant que Lolo parte sur Créteil. il est possible que la goulotte du haut est déjà été grimpée. Pour la goulotte du bas, je ne suis pas sûr, c'est possible, en tout cas je n'ai pas trouvé d'info, mais je pense que le bouchon de neige ne doit pas souvent être en excellents conditions et que dans tous les cas il faut passer dans le rocher. 
Génial de finir cette super année de montagne par cette cerise sur le gateau !!
Merci Loïc pour cette belle aventure et Bonne année à tous les Denalinautes !!
 
Gary
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article